Académie de Rouen - Lettres

Pausanias, Description de la Grèce, 10, 4, 1-4 : (textes et notes issus du site Mythorama)

[1] Panopée est une ville de la Phocide, à vingt stades de Chéronée, si pourtant on peut appeler ville, une bicoque où il n'y a ni sénat, ni lieu d'exercice, ni théâtre, ni place publique, ni fontaine. Les gens du lieu ont seulement des cabanes le long d'un torrent assez profond, à-peu-près comme ces cavernes qui sont dans les montagnes. Ils ont néanmoins leur territoire et leurs limites, avec droit de députer aux états-généraux de la Phocide. Ils disent que ce fut le père d'Épéüs qui donna son nom à leur ville ; que pour eux ils sont originairement Phlégyens, et que chassés d'Orochmène, ils virent s'établir dans la Phocide. [2] J'ai vu l'ancienne enceinte de Panopée ; je crois qu'elle pouvoit avoir environ sept stades. Je me souvins alors des vers d'Homère sur Tityus, où il traite Panopée de ville célèbre par ses danses [2]; je me rappelai aussi l'endroit où il décrit le combat que les Grecs livrèrent pour avoir le corps de Patrocle, et où il dit que Schédius, fils d'Iphitus, et roi des Phocéens [3], qui fut tué par Hector, faisoit sa résidence à Panopée [4]. C'étoit sans doute pour tenir les Béotiens en respect ; car la Béotie et la Phocide sont limitrophes de ce côté-là sans barrière entre deux, et selon toutes les apparences Panopée servoit de forteresse à Schédius. [3] Mais pourquoi le poëte [5] dit cette ville célèbre par ses danses, c'est ce que je ne comprenois pas avant que les Tyïades me l'eussent appris. Les Thyïades (a) sont des femmes de l'Attique, qui vont tous les ans au mont Parnasse, et qui avec d'autres femmes de Delphes, célèbrent des orgies ou des mystères secrets en l'honneur de Bacchus. Or ces femmes, soit en chemin, soit à Panopée, soit ailleurs, danses toutes ensembles une espèce de branle. C'est donc, à ceux que je crois, par rapport aux danses des Thyïades, qu'Homère a donné cette épithète à la ville de Panopée.
[4] Sur le chemin qui conduit à la ville, on voit une chapelle bâtie de brique toute crue, et dans cette chapelle une statue de marbre du mont Pentélique ; c'est un Esculape selon quelques-uns, et selon d'autres un Prométhée. Ces derniers fondent leur opinion sur ce que le long du torrent il y a des pierres d'une si prodigieuse grosseur, qu'une seule est la charge d'une charrette. Ces pierres sont de couleur de boue, mais de boue mêlée de sable, comme dans les torrens [6] et dans les fondrières ; elles ont même, à ce qu'ils disent, une odeur de chair humaine ; et par toutes ces raisons, ils prétendent que ce sont les restes de cette boue dont Prométhée forma le genre humain [7].

 

 

 

 

 

Fermer la fenêtre

Termes connexes :

 Bible (Genèse)

 Ovide, Les Métamorphoses

 

Fiche complémentaire à l'étude de Micromégas