Académie de Rouen - Lettres

Pierre Louis Moreau de MAUPERTUIS fit une expédition en Laponie (1736-1737) pour mesurer un arc de méridien en parallèle avec une autre expédition au Pérou (1735-1744), restée attachée au nom de Charles Marie de la Condamine à laquelle participait notamment Pierre Bouguer (photomètre et héliomètre).

Né à Saint-Malo, d'origine bourgeoise, Maupertuis suit à Paris les cours de mathématiques ; très vite, il fait partie du cercle de La Motte-Houdard, ce qui lui permet d'être reçu, à vingt-cinq ans, adjoint géomètre à l'Académie des sciences. Ses voyages en Angleterre et à Bâle lui font connaître les grands mathématiciens du temps et l'amènent à adopter les théories de Newton.
Responsable de l'expédition envoyée en Laponie pour la mesure d'un arc de méridien près du cercle polaire, il soutient un long débat contre les Cassini sur l'aplatissement de la Terre aux pôles, conséquence logique des principes newtoniens (1730-1737). Il est élu à l'Académie de Berlin (1740) et à l'Académie française (1743). De retour à Berlin en 1745, il se voit confier la présidence de l'Académie des sciences ; il s'installe en Prusse et épouse Eleonor de Borck, protégée de la reine (1745).

Après avoir, dans sa Vénus physique, tenté d'expliquer la génétique par l'attraction physico-chimique, il revient à ses soucis de mécanique en publiant (1746) un mémoire sur les lois du mouvement : « Dans tout changement qui arrive, la quantité d'action nécessaire pour ce changement est la plus petite qu'il soit possible. » Il s'engage avec Koenig, disciple de Leibniz, dans une pénible controverse (1750-1751) sur le principe de la « minimité » de l'action ; il se brouille alors avec Voltaire, qui l’attaque sans ménagements le « docteur Akakia ». La guerre de Sept Ans le surprend lors d'un voyage en France ; il ne pourra pas rentrer en Prusse ; il tombe malade chez Jean Bernoulli et meurt à Bâle.

(d’après l’Encyclopaedia Universalis).

 

Fermer la fenêtre

Voir aussi :

 Les hommes de sciences (XVIIe - XVIIIe)

Fiche complémentaire à l'étude de Micromégas