Académie de Rouen - Lettres

Leibnitz : Savant allemand à la culture universelle, Wilhelm Gottfried Leibnitz (ou Leibniz) (1646-1716), fut à la fois philosophe et mathématicien. Il découvrit en même temps que Newton le calcul intégral et différentiel. Son système philosophique, caractérisé par un rationalisme exigeant, a pour clé de voûte la théorie de l'"harmonie préétablie" : selon lui, l'univers est formé de "monades", créatures isolées en elles-mêmes, mais faites par Dieu pour fonctionner ensemble : ainsi dans une horloge, les aiguilles et le carillon,sans communiquer directement entre eux, vont cependant donner la même heure parce qu'ils ont été réglés pour cela par l'horloger. Chaque élément du monde est ainsi le miroir de l'ensemble, puisqu'il a été conçu pour fonctionner en harmonie avec le tout.


Au paragraphe 7.7 de Micromégas, Voltaire reprend les deux images de l'horloge et du miroir pour les présenter de façon plaisante et absurde ; la conclusion du paragraphe, "cela est clair", dénonce par antiphrase l'obscurité de bien des abstractions philosophiques.


Il est à noter que Voltaire fut sans doute un moment tenté par la philosophie de Leibnitz, qu'il met en discussion dans Zadig (1747). C'est après le tremblement de terre de Lisbonne (1755) et ses milliers de victimes qu'il rejettera violemment l'optimisme philosophique de ce penseur, pour qui Dieu, être rationnel, n'a pu créer que "le meilleur des mondes possibles". Dans Candide (1759) le ridicule philosophe Pangloss est une caricature des disciples de Leibnitz.

Fermer la fenêtre
Termes connexes :
  philosophe ; Newton ; Dieu.

Voir aussi :

 Les hommes de sciences (XVIIe - XVIIIe)

Fiche complémentaire à l'étude de Micromégas