Micromégas et Le Voyage du baron de Gangan

 

Télécharger ce document : pdf    rtf

 

Micromégas, à la différence d'autres contes de Voltaire, pose un problème important de datation et, au-delà, un problème de genèse.

Après avoir longtemps cru que le conte avait été composé entre Zadig et Candide, la critique admet maintenant que le texte a dû être écrit vers 1738-1739 (ce qui en ferait, comme l’a remarqué R. Pomeau, le premier conte de Voltaire), et probablement remanié vers 1750, juste avant sa publication, en 1751 puis en 1752.

Différents arguments semblent en effet imposer cette conception :

1135. À FRÉDÉRIC, PRINCE ROYAL DE PRUSSE

À Cirey, le 15 avril.

[...] Je compte envoyer à Votre Altesse royale de quoi l’amuser, dès que je serai aux Pays-Bas. [...]

 Lire la lettre intégralement lien externe

 

1167. À FRÉDÉRIC, PRINCE ROYAL DE PRUSSE

De Bruxelles, le 15juin.

Je prends la liberté d’adresser à Votre Altesse royale une petite relation, non pas de mon voyage, mais de celui de M. le baron de Gangan. C’est une fadaise philosophique qui ne doit être lue que comme on se délasse d’un travail sérieux avec les bouffonneries d’Arlequin. Le véritable ennemi de Machiavel aura-t-il quelques moments pour voyager avec ce baron de Gangan ? Il y verra au moins un petit article plein de vérité sur les choses de la terre. Je compte vous présenter bientôt un autre tribut de bagatelles poétiques, car je me tiens comptable de mon temps à mon vrai souverain.

 Lire la lettre intégralement lien externe

 

 

1178. DE FRÉDÉRIC, PRINCE ROYAL DE PRUSSE

Berlin, le 7juillet.

Mon cher ami, j’ai reçu l’ingénieux Voyaqe du baron de Gangan , à l’instant de mon départ de Remusberg ; il m’abeaucoup amusé, ce voyageur céleste ; et j’ai remarqué en lui quelque satire et quelque malice qui lui donne beaucoup de ressemblance avec les habitants de notre globe, mais qu'il ménage si bien qu'on voit en lui un jugement plus mûr et une imagination plus vive qu’en tout autre être pensant. Il y a, dans ce Voyage, un article où je reconnais la tendresse et la prévention de mon ami en faveur de l’éditeur de La Henriade. Mais souffrez que je m’étonne qu’en un ouvrage où vous rabaissez la vanité ridicule des mortels, où vous réduisez à sa juste valeur ce que les hommes ont coutume d’appeler grand ; qu’en un ouvrage où vous abattez l’orgueil et la présomption, vous vouliez nourrir mon amour-propre, et fournir des arguments à la bonne opinion que je puis avoir de moi-même.

Tout ce que je puis me dire à ce sujet peut se réduire à ceci qu’un cœur pénétré d’amitié voit les objets d’une autre manière qu’un coeur insensible et indifférent.

Lire la lettre intégralement lien externe

 

On saisit, bien sûr, combien ces propos invitent à voir, dans ce texte dont il ne reste aucune trace, l'ébauche du conte que nous possédons ; il n'est pas difficile d'expliquer la disparition des louanges adressées à Frédéric quand on connaît le tour pris ultérieurement par les relations entre les deux hommes ; pour le reste, tout concorde, fantaisie interstellaire, personnalité du protagoniste et visée philosophique...

Quant à ce nom de « Gangan », il reste énigmatique :

P
si
à
Venez
100

Ce qui signifiait : « Venez souper à sans-souci » (« Sans-souci » était le nom d'une des résidences de Frédéric).

À quoi Voltaire répondit en écrivant simplement :

G a

Soit : « J'ai grand appétit  ».

 

N'est-il pas possible, après tout, que dans l'esprit de ces jeux verbaux qui plaisaient aux deux hommes, le nom du voyageur céleste doive se lire « G-ã G-ã », soit « Géant géant » ?

Au reste, pour l’histoire de la publication définitive un temps retardée par la susceptibilité de Fontenelle (qui s’était reconnu dans le nain de Saturne…), on se reportera à l’introduction rédigée par René Pomeau pour le volume 811 des éditions Garnier-Flammarion.