Académie de Rouen - Lettres

Descartes, cartésien : formé aux mathématiques, René Descartes (1596-1650) a apporté un renouvellement essentiel à la réflexion philosophique en lui appliquant les méthodes de raisonnement déductives propres à cette science : à partir des vérités les plus simples et les plus évidentes ("Je doute donc je suis ; Je pense donc je suis"), établir une chaîne de raisonnements rigoureux qui conduise à des résultats certains. Tel est l'objet, notamment, de son célèbre Discours de la méthode. L'influence méthodologique du rationalisme "cartésien" fut immense, même si de nombreux aspects de son système furent contestés. Dans les Lettres philosophiques (XIV), Voltaire montre son admiration pour le Descartes mathématicien, mais affirme sur un ton polémique que ses autres ouvrages "fourmillent d'erreurs" et que sa philosophie n'est qu'un "roman ingénieux".
Selon Descartes, nous possédons, dès la naissance, des "idées innées", sortes d'intuitions fondées sur l'évidence, et qui nous font admettre sans démonstration aussi bien le "cogito" ("Dubito ergo sum ; Cogito ergo sum" : "je doute donc je suis ; je pense donc je suis") que des évidences mathématiques (par deux points ne peut passer qu'une seule droite). Au chapitre 7, Voltaire ridiculise cette théorie en représentant l'âme "dans le ventre de sa mère", puis "obligée d'aller à l'école" (7.6) pour apprendre de nouveau ce que, selon Descartes, elle savait déjà à la naissance. L'effet comique naît du mélange de l'abstrait et du concret (l'âme qui va à l'école) ; la critique philosophique souligne la contradiction entre la théorie métaphysique des idées innées et l'expérience commune qui veut que le savoir provienne d'un apprentissage. Voltaire, en philosophe des Lumières, rejette les spéculations abstraites et incertaines qui lui semblent superflues pour l'objectif d'utilité sociale qu'il assigne à la philosophie.
Dans le même passage (7.6), Voltaire s'en prend aussi au "dualisme" cartésien, c'est-à-dire à la nette séparation qu'établit Descartes entre l'esprit et la matière : selon l'auteur de Micromégas, les philosophes cartésiens seraient incapables, en fait, de définir la nature respective de ces deux substances. [7.5, 7.6]

Fermer la fenêtre

Termes connexes :

Voir aussi :

Fiche complémentaire à l'étude de Micromégas