Académie de Rouen - Lettres

cela est clair : dans ce passage, Voltaire caricature une théorie de Leibnitz, celle de l'harmonie préétablie : selon Leibnitz, l'univers est formé de "monades", créatures isolées en elles-mêmes, mais faites par Dieu pour fonctionner ensemble : ainsi dans une horloge, les aiguilles et le carillon,sans communiquer directement entre eux, vont cependant donner la même heure parce qu'ils ont été réglés pour cela par l'horloger. Chaque élément du monde est ainsi le miroir de l'ensemble, puisqu'il a été conçu pour fonctionner en harmonie avec le tout.

Au paragraphe 7.7, Voltaire reprend les deux images de l'horloge et du miroir pour les présenter de façon plaisante et absurde ; la conclusion du paragraphe, "cela est clair", dénonce par antiphrase l'obscurité de bien des abstractions philosophiques.

 

 

Fermer la fenêtre

Voir aussi :

Fiche complémentaire à l'étude de Micromégas