en mode lecture, les notes de vocabulaire ne s'affichent qu'au survol du pointeur      en mode lecture, les notes de vocabulaire ne s'affichent qu'au survol du pointeur      en mode étude, les liens vers les notes sont visibles

Clair de lune
Pantomime
Sur l'herbe
L'Allée
À la promenade
Dans la grotte
Les Ingénus
Cortège
Les Coquillages
En patinant
Fantoches
Cythère
En bateau
Le Faune
Mandoline
À Clymène
Lettre
Les Indolents
Colombine
L'Amour par terre
En sourdine
Colloque sentimental

 

 

Voir les pistes de lecture "collège"
étude

COLLOQUE  SENTIMENTAL

      Dans le vieux parc solitaire et glacé,
      Deux formes ont tout à l’heure passé.

      Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles,
      Et l’on entend à peine leurs paroles.

  5  Dans le vieux parc solitaire et glacé,
      Deux spectres ont évoqué le passé.

      — Te souvient-il de notre extase ancienne ?
      — Pourquoi voulez-vous donc qu’il m’en souvienne ?

      — Ton cœur bat-il toujours à mon seul nom ?
 10 Toujours vois-tu mon âme en rêve ? — Non.

      — Ah ! les beaux jours de bonheur indicible
      Où nous joignions nos bouches ! — C’est possible.

      — Qu’il était bleu, le ciel, et grand, l’espoir !
      — L’espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.

 15 Tels ils marchaient dans les avoines folles,
      Et la nuit seule entendit leurs paroles.

 

Édition du texte, notes et documents pédagogiques :
©Lettres-Académie de Rouen

Télécharger ce poème annoté :    

lecture

COLLOQUE  SENTIMENTAL

      Dans le vieux parc solitaire et glacé,
      Deux formes ont tout à l’heure passé.

      Leurs yeux sont morts et leurs lèvres sont molles,
      Et l’on entend à peine leurs paroles.

  5  Dans le vieux parc solitaire et glacé,
      Deux spectres ont évoqué le passé.

      — Te souvient-il de notre extase ancienne ?
      — Pourquoi voulez-vous donc qu’il m’en souvienne ?

      — Ton cœur bat-il toujours à mon seul nom ?
 10 Toujours vois-tu mon âme en rêve ? — Non.

      — Ah ! les beaux jours de bonheur indicible
      Où nous joignions nos bouches ! — C’est possible.

      — Qu’il était bleu, le ciel, et grand, l’espoir !
      — L’espoir a fui, vaincu, vers le ciel noir.

 15 Tels ils marchaient dans les avoines folles,
      Et la nuit seule entendit leurs paroles.

 

Édition du texte, notes et documents pédagogiques :
©Lettres-Académie de Rouen

Télécharger ce poème annoté :