Commandes : Mise en forme des caractères - Couper-coller - Aller à la fin du fichier - Revenir au dernier point d’intervention - Écriture personnelle
     
 

Faut-il expliquer une oeuvre d'art ?

 
     
 

CES EXEMPLES SONT-ILS BIEN DÉVELOPPÉS ?

Ces huit exemples ont été recueillis dans des copies d’élèves de première.
Ils illustrent des arguments répondant à la question « Faut-il expliquer une œuvre d'art ? »

•  Mettez en italique bleu le titre et l'auteur de l'œuvre proposée en exemple.
•  Soulignez l'idée que cet exemple est censé illustrer.

•  Mettez en rouge et en gras, dans l'exemple, les analyses à l'appui de cette idée.
•  Par un couper-coller, répartissez ensuite chaque exemple dans les catégories suivantes :
      A - Il est judicieusement développé : on voit en quoi il illustre l’idée qu’il est censé éclairer.
      B - Il n’est pas développé : il reste à l’état d’allusion, c’est au lecteur de faire lui-même l’analyse.
      C - Il développe tout autre chose que l’idée annoncée.
      D - Il n’y a aucun exemple.
      (Vous retrouverez ces rubriques à la fin du fichier)

•  Quels sont les deux exemples les mieux développés ? Pourquoi ?

" Expliquer " : il s’agit des critiques, des commentaires de spécialistes ou de professeurs, des explications concernant l'œuvre et les circonstances de sa création.

 
 
 
 
 

Premier exemple
Beaucoup d’amateurs d’art sont contre l'explication des œuvres. Ils pensent qu'une œuvre doit s'imposer d'elle-même et n'a de valeur que si elle produit des impressions fortes dès la première écoute pour la musique, par exemple Le Lac des cygnes de Tchaïkovski ou dès la première vision (un tableau).

Deuxième exemple
Une œuvre est liée à son époque. Un livre comme Germinal qui contient beaucoup d'allusions à l'histoire et qui décrit certains faits passés, ne se comprend pas comme il faut, si le lecteur n'a pas les connaissances historiques requises.

Troisième exemple
La mise en lumière des différences entre les artistes nous permet d'analyser ce qu'on aime et ce qu'on n'aime pas. On peut donner un avis et comparer. Par exemple, certaines personnes préfèrent Vivaldi à Mozart ou d'autres apprécient plus les tableaux de Delacroix que ceux de Géricault.

Quatrième exemple
Certains tableaux, tels que Guernica, réalisé par Picasso en 1937 ont besoin d'être expliqués. Plusieurs choses entrent en compte : il y a d'abord l'époque à laquelle a été peint ce tableau, c'est à dire au début de la guerre d'Espagne ; ce qu'il représente, donc la violence de cette guerre meurtrière, mais aussi la façon assez particulière dont Picasso peint ; tout enfin est important et sujet à l'analyse : ses outils de travail, les couleurs qu'il utilise et sa vision des choses. Sans ces éclairages, on ne comprendrait pas le sens et la violence de ce tableau, on ne verrait qu'une toile sombre avec des personnages assez inquiétants.
Il en est de même pour certaines œuvres littéraires telles que les Fables de la Fontaine qui, sans explication, nous paraîtraient destinées aux enfants alors que sous cet aspect enfantin sont dénoncés de graves problèmes d'actualité au XVIIe siècle.

Cinquième exemple
Dans le domaine de la peinture, la critique nous permet de faire une analyse du travail du peintre. On réalise alors pourquoi c'est une œuvre d'art. Les critiques servent aussi à nous instruire sur l'auteur lui-même, les conditions de vie de l'artiste à son époque, ce qui ajoute encore à la beauté du travail.

Sixième exemple
L'explication des tableaux rendrait possible la reproduction non autorisée de grands chefs-d’œuvre. Par exemple Goya ou Delacroix.

Septième exemple
L'explication d'un tableau nous permet de comprendre l'importance de certains détails qui nous paraissaient insignifiants auparavant et qui prennent une importance symbolique. Par exemple, dans le tableau de Véronèse : Un dîner chez Lévi, les assiettes placées au-dessus des têtes des personnages symbolisent les auréoles des saints. Mais ceci ne prend d'importance qu'une fois expliqué car généralement on ne fait pas attention à ces petits détails.

Huitième exemple
Depuis le développement des revues et des émissions culturelles, la culture artistique peut toucher un plus large public ; elles se mettent à la portée de la compréhension du public même s'il n'est pas un connaisseur très expérimenté. Elles lui permettent d'élargir sa culture.
Par exemple, une émission de télévision comme "Palettes" permet au téléspectateur de développer sa compréhension du sens d'un tableau, de mieux apprécier le jeu des couleurs, de voir où convergent les lignes de fuite et donc de voir ce qu'elles mettent en valeur. Ainsi dans un tableau comme Un repas chez Lévi de Véronèse, elles convergent toutes vers le Christ et contribuent donc à le mettre en valeur. Cette émission ne laisse pratiquement aucune question en suspens ; elle explique les relations entre les couleurs, et comment elles ont été obtenues; elle donne aussi quelques repères historiques en replaçant l'œuvre dans le contexte de son époque. Nous savons ainsi que ce même tableau a fait l'objet de nombreuses contestations, car – selon l'Inquisition – il ne respectait pas la Cène décrite dans la Bible.

 
 

     
 

A – L’exemple est judicieusement développé
 

B - L’exemple n'est pas développé : il reste à l’état d’allusion
 

C - L’exemple développe tout autre chose que l’idée annoncée
 

D - Il n'y a AUCUN exemple
 

Les deux exemples les mieux développés sont  :