Temple de Ségeste (Ve s.) - Image libre de droits

Latin - Grec : épreuves orales du baccalauréat

Recommandations académiques

RECOMMANDATIONS ACADÉMIQUES CONCERNANT

LES ÉPREUVES DE LANGUES ANCIENNES

DU BACCALAURÉAT  (AVRIL 2004)

 

Les quatre journées académiques d'information et de réflexion sur « Les Nouvelles épreuves de langues anciennes au Baccalauréat » qui se sont déroulées fin novembre et début décembre 2003 ont mis en évidence la nécessité d'élaborer une manière de Charte académique des examinateurs convoqués pour les épreuves de langues anciennes du Baccalauréat à la session 2004. Ces instructions, qui sont susceptibles d'être enrichies pour les sessions ultérieures, doivent, dès la prochaine session, servir de guide à tous les correcteurs de l'épreuve écrite ainsi qu'à tous les interrogateurs de l'épreuve orale. Elles ont pour but de favoriser une sorte d'entente et d'harmonisation préalables entre examinateurs de l'académie de Rouen et, par la même occasion, d'aider tous les professeurs de latin et de grec de Terminale à préparer au mieux leurs élèves à l'examen.

 

Ces instructions ont été élaborées par un groupe de travail placé sous la responsabilité de Monsieur Jean-Marie HAILLANT, Inspecteur d' Académie, Inspecteur Pédagogique Régional de Lettres, et constitué des professeurs de Lettres classiques dont les noms suivent :

 

-         Marie-Laure ANKERSMIT  Lycée privé Fénelon  Elbeuf

-         Annie-Claude BRUNEVAL  Lycée Jehan-Ango  Dieppe 

-         Laurence CAYEZ  Lycée André-Maurois  Elbeuf

-         Bernard CHAMBRÉ  Lycée Marc-Bloch  Val-de-Reuil

-         Gérard COLIN  Lycée Georges-Dumézil  Vernon

-         Sylviane EUDIER  Lycée Gustave-Flaubert  Rouen

-         Anne GONTRAN  Lycée Jean-Prévost  Montivilliers

-         Catherine HENNART-DERNONCOURT  Lycée privé Rey  Rouen

-         Alexandra MARTINS  Lycée privé Fénelon  Elbeuf

-         Véronique MERLE  Lycée Guy de Maupassant  Fécamp

-         Dominique MORINEAU  Lycée Camille Saint-Saëns  Rouen

-         Armelle ROMEC  Lycée Augustin-Fresnel  Bernay

-         Michel  TICHIT  Lycée Claude-Monet  Le Havre

 

Que tous ces professeurs, qui ont accepté de consacrer un mercredi après-midi à cette tâche, soient ici vivement remerciés, et plus particulièrement Armelle ROMEC, rédactrice des recommandations relatives à l'épreuve écrite et Michel TICHIT, rédacteur des recommandations destinées à l'interrogation orale, ainsi qu'Annie-Claude BRUNEVAL pour sa relecture attentive de l'ensemble !

 

 

I. ÉPREUVE  ÉCRITE

 Préambule

             L'épreuve, affectée d'un coefficient 4, est réservée aux candidats de la section littéraire (TL). Ces derniers disposent de 3 heures pour en traiter les deux parties, dans l'ordre qui leur convient. Ils pourront faire usage de leur dictionnaire.

 1ère partie :  questions

             Le candidat doit traiter 5 questions portant sur un texte d'une trentaine à une cinquantaine de lignes ou de vers. Ce texte se réfère à l'une des quatre entrées inscrites au programme de Terminale. Le total des points attribués est de 50 points, soit 10 points par question. Les questions posées peuvent porter sur le sens du texte, sur des points de traduction ou de commentaire. L'une d'entre elles sera d'un caractère plus général et permettra d'établir un lien entre l'extrait et l'entrée du programme choisie.

             On attend des réponses entièrement rédigées et raisonnablement développées qui s'appuient précisément sur le texte, cité dans la langue originale. Il est souhaitable d'indiquer les lignes ou vers où se trouve la citation.

             On valorisera une analyse pertinente et non une simple accumulation de citations du texte.

             Pour ce qui regarde la question à portée plus générale, on sera sensible aux connaissances acquises par le candidat et à l'aisance qu'il manifeste à les réemployer.

 2e partie : version

             L'extrait à traduire comporte entre 50 et 75 mots. Etant donné qu'il fait partie du texte soumis aux questions, le précède ou encore le prolonge, il se trouve contextualisé. De ce fait, son sens s'en trouve éclairé.

 L'évaluation s'effectue sur 50 points. Le barème s'établit à partir d'un découpage de l'extrait en unités de sens repérables, par exemple, à partir d'une ponctuation forte. Dans la pratique, on peut attribuer un certain nombre de points à chaque unité. Il est exclu d'enlever des points supplémentaires à un candidat qui n'aurait traduit qu'une partie de la version.

 On modulera ensuite l'attribution des points, positivement ou négativement, en fonction. de ce qui a été établi en commission d'harmonisation. On valorisera la qualité de la langue et la cohérence de la formulation.

  

II. ÉPREUVE ORALE

 Préambule

             L'épreuve d'option en langue ancienne constitue souvent le dernier contact  de l'élève avec cette discipline en même temps qu'elle est l'aboutissement d'un travail exigeant  consenti pendant plusieurs années. Il paraît donc légitime de récompenser cet effort, et nécessaire de garder à l'esprit que seuls les points supérieurs à la moyenne sont pris en compte.

  Les descriptifs

             Les descriptifs doivent présenter avec précision le travail accompli pendant l'année pour que l'examinateur puisse y adapter son questionnement et tenir compte de la diversité des conditions et des méthodes de préparation (volume horaire hebdomadaire, regroupement de niveaux ou de sections, textes abordés avec ou sans traduction). Ces descriptifs peuvent comporter des indications précises sur des passages de 5 ou 6 lignes ou vers susceptibles d'être proposés à la  traduction.

 Préparation

             Sa durée est de 30 mn. Le candidat doit avoir, dans la salle de préparation, un dictionnaire à sa disposition. Il lui est recommandé d'apporter son dictionnaire.

Interrogation orale

             Les examinateurs sont invités à relire les Instructions Officielles  (B.O.E.N. N° 21 du 22 mai 2003) qui donnent une nouvelle définition de cette épreuve pour la session 2004 du Baccalauréat. Nous pouvons ici en souligner quelques points essentiels.

 -         La nouvelle épreuve laisse à l'élève la liberté de circuler dans son corpus comme dans son manuel.

-         L'examinateur choisit un passage de 5 ou 6 lignes ou vers (qui représentent environ un quart du texte retenu).

-        Le commentaire porte sur l'ensemble du texte.

-        Par ailleurs, dès le début de l'épreuve, l'examinateur devra fournir au candidat deux ou trois lignes ou vers extérieurs au descriptif et accompagnés d'une traduction universitaire dont les choix seront  analysés par le candidat. 

-         Ce court extrait peut être accompagné de quelques notes de grammaire ou de vocabulaire.

-         L'examinateur reprendra ce document après l'interrogation. Il aura soin d'inviter l'élève à ne pas consacrer trop de temps à la préparation  du commentaire de ce passage hors descriptif (comparaison entre texte et traduction).

-         Pour éviter tout risque de pénaliser le candidat, l'examinateur est invité à arrêter une note sur 20 avant d'interroger le candidat sur le passage inconnu. Les points (jusqu'à 3) accordés pour cette partie de l'épreuve ne peuvent que s'ajouter à la note déjà fixée.

 

Un déroulement possible :

      1)      Une courte présentation précède la lecture du texte (qui peut être partielle).
             On acceptera toute forme de présentation pourvu qu'elle soit juste et qu'elle
             amène avec précision au texte. 

2)      On attend une prononciation correcte, suffisamment fluide, mais pas nécessairement une lecture expressive.

      3)      La traduction se fait par groupe de mots.

      4)      Le commentaire porte sur l'ensemble du texte ; son organisation, son orientation
            et son contenu sont laissés à l'initiative du candidat. Le critère essentiel
            d'évaluation du commentaire réside dans la pertinence, la justesse  
           et la cohérence de l'exposé.

La proposition d'évaluation critériée qui suit, faite par l'un des ateliers, pourrait être adoptée par l'ensemble des examinateurs :

(1) L'introduction : /2 pts - Présentation de l'auteur, de l'ouvre - Contextualisation - Situation de l'extrait.

            (2) La lecture :  /2 pts  - Lecture correcte de 5 vers ou lignes (être moins exigeant en grec qu'en latin).

(3) La traduction : /7 pts - Très proche sans être incorrecte du point de vue de l'expression - Privilégier l'exactitude plutôt que l'élégance (demander sur le moment des précisions si la traduction est « trop » élégante). Lors de l'entretien, on pourra se faire préciser certains points, d'ordre grammatical notamment.

(4) Le commentaire :  / 7 pts - Attendre, au moins, un axe de lecture - le commentaire doit être structuré, même dans le cas d'une approche linéaire (toujours possible). On attendra des citations précises et fréquentes (systématiques ?) du texte latin ou grec.

(5)   La conclusion : / 2 pts -  Bilan - élargissement - rapprochement avec les textes du corpus - mise en perspective avec l'objet d'étude (« entrée ») ou encore rapprochement avec des textes de la littérature française.

* Sur la dernière partie :  3 points supplémentaires (au maximum).

 

 

Chercher sur Rouen-Lettres
avec SPINOO (CNDP)

 

Fichier actualisé le
12-02-2008