sommaire

 

Pascal Mérigeau

 

        Pour ce qui est de ma biographie, voici ce dont je me souviens.

        Je suis né le 30 janvier 1953 – cela, je ne me le rappelle pas, mais on me l'a dit et je le crois – dans un hameau du département des Deux-Sèvres où je n'ai ensuite jamais vécu, mais où j'ai passé beaucoup de vacances (nul doute que l'origine "d'Angèle" se trouve bien là).

        J'ai passé le bac en 1970, à Niort, puis j'ai suivi des études de Lettres Modernes, à Poitiers, jusqu'à la maîtrise. Je me suis installé à Paris en 1976, où je suis devenu journaliste, tout en continuant de m'occuper de la salle de cinéma que j'avais créée à Niort, quand j'avais dix-sept ans.
        J'ai d'abord travaillé pour des revues de cinéma, puis aux Nouvelles Littéraires (1986-1987), au Point (1989-1991), au Monde (1993-1997) et enfin au Nouvel Observateur, depuis septembre 1997.

        J'assure une chronique hebdomadaire sur l'actualité du cinéma et je donne chaque semaine des articles, des entretiens et des reportages, qui me permettent de voyager assez souvent et assez loin (si j'ai tardé à vous répondre, c'est que je me trouvais à Hong Kong et à Taïpei).
        Je participe également à la sélection des films pour le Festival de Cannes.

        Par ailleurs, j'ai écrit plusieurs ouvrages sur le cinéma, le dernier, consacré au cinéaste américain Joseph L. Mankiewicz, a reçu en 1995 le prix du meilleur livre de cinéma de l'année.
        J'ai actuellement deux livres en préparation, une enquête critique sur l'histoire de Canal+ et une biographie du cinéaste Maurice Pialat.
        J'ai également signé deux romans, " Escaliers dérobés " (1994) et " Max Lang n'est plus ici " (1999), publiés par les éditions Denoël. Le second doit faire prochainement l'objet d'une adaptation au cinéma.

        Voilà. J'espère n'avoir pas été trop long. Que vous dire d'autre qui puisse vous intéresser ? Je ne vois pas, mais je suis à votre disposition pour tout renseignement ou éclaircissement qui vous paraîtrait utile.

Merci encore. Avec mes amitiés.

Pascal Mérigeau

Sommaire