Accueil
FRANÇAIS
LATIN
GREC
Index
 
TEXTES ET IMAGE EN CLASSE DE FRANCAIS

Etudes thématiques : Autour de l'exotisme.

Exemples de travaux

I. Pour un groupement de textes au baccalauréat.

1. Ressources : Textes présentés dans l'ouvrage que les élèves utilisent (Hatier XIXème)

L'EXOTISME , p. 208. Présentation de toutes les formes prises par l'exotisme. Nécessité de clarifier et de choisir un des aspects de l'exotisme.

1. Nerval, Voyage en Orient, p. 136 (illustration par un tableau de Benjamin Constant)

* question n° 3 : La couleur locale de l'Orient

2. Hugo, Les Orientales, p. 247 (peu exploitable pour le thème)

3. Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Parfum exotique, p. 319

L'invitation au voyage, p. 326

(illustration : David Roberts, L'arrivée du simoun, p. 329)

4. Flaubert, Salammbô, p. 431 (illustration par une gravure d'après Horace Vernet)

5. Loti, Les désenchantées, p. 544 (illustration par un tableau de Benjamin Constant)

6.Fromentin, Un été dans le Sahara, p. 548 (illustration : un tableau de Fromentin exposé à Orsay).


Ces textes ne sont que partiellement concordants pour mener l'étude d'un thème sur l'exotisme oriental au XIXème siècle. Mais ils peuvent être utilisés aussi pour des lectures complémentaires.

D'où une recherche dans d'autres manuels, par exemple Magnard XIXème s. Le point de vue du groupement est très différent. Mais on trouve deux textes sur Blidah.

Le Sahel de Fromentin et de Gide, p. 338


2 . D'où un groupement :

La fascination de l'Orient dans la littérature du 19e siècle et du début du 20e siècle.

Texte 1. Pierre Loti : Vers Ispahan (extrait) Un double aspect de l'exotisme : paysages d'ailleurs et personnages d'ailleurs.

Texte 2. Eugène Fromentin, Une année dans le Sahel: Blidah. (voir dans le livre Un été au Sahara)

Texte 3. André Gide, Les nourritures terrestres: Blidah

Texte 4. Nerval, Voyage en Orient, livre p.137.

Texte 5. Baudelaire, Les Fleurs du Mal, L'Invitation au Voyage.

(ce dernier texte est en retrait par rapport aux autres plus directement centrés sur le Voyage en Orient. Mais la seconde strophe, avec notamment l'expression "la splendeur orientale", entre précisément dans la thématique).

3. Autres outils :

Le Cédérom: DISCOTEXT 1.

Pour des recherches de textes complémentaires (Flaubert, Chateaubriand, Fromentin, Hugo, etc.) Textes complémentaires : Fromentin, Voyage en Egypte (extrait), Colette, Prisons et Paradis,Camus, Noces.

( - Eventuellement, création d'une application sous PISTES qui permet de mener une étude lexicologique).

Vidéodisques

Louvre 1 . Delacroix

Orsay . Delacroix , Fromentin : Un chapitre sur l'Eclectisme ;

Tableaux directement en relation avec le thème.

Léon Belly, Pèlerins allant à la Mecque. Salon de 1861
A.-G. Decamps, Marchand Turc fumant dans sa boutique, 1844.
E. Degas, Sémiramis construisant Babylone, 1833.
Dehodencq, La danse des nègres à Tanger, 1876
Dinet, Esclave d'amour et Lumière des yeux (légende arabe), 1900
E. Fromentin :
Au pays de la soif
Halte de cavaliers arabes dans la forêt
Femmes égyptiennes au bord du Nil.
G.A. Guillaumet :
Prière du soir dans le Sahara, Salon de 1863
Le Sahara, Salon de 1868
Laghouat, Salon de 1879
La Seguia, Salon de 1885
Tisseuses de Bou-Saada
Renoir : Paysage algérien (1881)
Vacher de Tournemire :
Café à Adalia ( Turquie )
Eléphants d'Afrique.
- Cédérom : Les Carnets de Delacroix

4. Conduite de l' étude thématique sur l'Exotisme.

Il s'agit d'un travail tout à fait "classique" d'étude de textes pour préparer une étude thématique pour le Baccalauréat.

Séance n° 1 :

Lecture et analyse du texte de Pierre Loti, et analyse des éléments qui peuvent être considérés comme "exotiques" : les contrastes (ombre/lumière ; richesse/immondices , etc.) ; le mystère de l'Orient ; la beauté, etc.

Séance n° 2 (Modules)

Projection des tableaux d'Orsay. Analyse sommaire et classement :

- des éléments qui correspondent (et peuvent illustrer) le texte de Pierre Loti

- des éléments qui ne sont pas présents chez Pierre Loti (le désert, la féérie, etc.)

Séance n° 3 :
Etude comparative des textes se rapportant à Blidah : Gide et Fromentin

Cette analyse porte sur les couleurs, les parfums, les contrastes. L'analyse est complétée par une brève étude sous PISTES.

Devoir :
Commentaire composé sur le texte de Colette, extrait de Prisons et Paradis.

Séance n° 4 :
Lecture méthodique du texte de Gérard de Nerval, extrait du Voyage en Orient.

Séance n° 5 :
Travail sur les textes de Baudelaire : analyse succincte et comparaison des poèmes L'Invitation au Voyage (Fleurs du Mal et Petits poèmes en prose).

Séance n° 6 :
Synthèse sur le thème. Analyse des éléments qui peuvent entrer dans les "questions d'ensemble". Les élèves sont invités à composer le plan d'une question d'ensemble.

 

5. Eléments de recherche sous Pistes

Rose, fleurs, fruits... Les Textes présentés sont :

1 - Loti, Vers Ispahan , p. 1,2,3

2 - Fromentin, Blidah , p. 4,5

3 - Gide , Blidah , p. 6

4 - Colette , Fleur du désert , p. 7

5 - Baudelaire, L'Invitation au voyage , p. 8

6 - Baudelaire, Parfum exotique p. 9

7 - Baudelaire, Un hémisphère dans une chevelure p.10


Index hiérarchique (extrait)

ISPAH BLIDA BLIDA FLEUR VOY PARFU HEMIS TOTAL
yeux 4 0 0 2 1 1 0 8
chevelure 1 0 0 0 0 0 6 7
fleurs 1 0 4 0 1 0 1 7
air 3 0 1 0 0 1 1 6
cheveux 1 0 0 1 0 0 4 6
petite 0 2 2 2 0 0 0 6
rose 1 2 2 1 0 0 0 6
roses 5 1 0 0 0 0 0 6
femmes 3 1 0 0 0 2 1 5
soleil 2 0 2 0 0 1 0 5
âme 0 0 0 0 1 1 2 4
beauté 1 0 0 0 3 0 0 4
fruits 1 1 0 0 0 1 1 4
hommes 1 0 0 0 0 1 2 4
odeur 0 0 0 0 0 2 2 4
odeurs 0 1 1 0 1 0 1 4

Occurrences

1 - page 1 ligne 28 branches d'iris, des branches de roses, dont le coloris, avivé par le

2 - page 2 ligne 23 aussi partout des paquets de ces roses roses très odorantes que l'on

3 - page 2 ligne 23 partout des paquets de ces roses roses très odorantes que l'on appelle

4 - page 2 ligne 23 odorantes que l'on appelle chez nous "roses de tous les mois", et des

5 - page 3 ligne 15 l'immense portique est entièrement rose, sous son revêtement de vieil émail

6 - page 3 ligne 16 pour les marchands de fruits, de fleurs et de gâteaux. Et, juste en face

7 - page 3 ligne 17 en face de ces belles portes si roses, que je ne puis espérer franchir

8 - page 4 ligne 3 Blidien, je t'appelle une petite rose (ourida). Voilà tout ce qui reste

9 - page 4 ligne 5 un nom charmant qui rime avec rose. La ville n'existe plus. Le nom

10 - page 4 ligne 9 la ville par excellence des roses, des jasmins et des femmes. Du

11 - page 4 ligne 19 exquises; puis, pour achever par les odeurs le bien-être de ce peuple sensuel,

12 - page 4 ligne 20 exhalaison des orangeries en fleur y faisait de l'atmosphère tout enti

13 - page 4 ligne 21 de l'atmosphère tout entière un parfum. On y fabriquait des essences, on

14 - page 6 ligne 4 douce est l'herbe du Sahel; et tes fleurs d'orangers! Et tes ombres! Suaves

15 - page 6 ligne 5 fleurs d'orangers! Et tes ombres! Suaves les odeurs de tes jardins. Blidah!

16 - page 6 ligne 5 orangers! Et tes ombres! Suaves les odeurs de tes jardins. Blidah! Blidah!

17 - page 6 ligne 6 tes jardins. Blidah! Blidah! Petite rose! Au début de l'hiver, je t'avais

18 - page 6 ligne 9 printemps ne renouvelle pas ; et tes glycines et tes lianes semblaient des

19 - page 6 ligne 23 d'amour! Blidah! Blidah! Fleur du Sahel! Petite rose! Je t'ai vue

20 - page 6 ligne 23 Blidah! Fleur du Sahel! Petite rose! Je t'ai vue tiède et parfumée, ple

21 - page 6 ligne 24 petite rose! Je t'ai vue tiède et parfumée, pleine de feuilles et de fleurs

22 - page 6 ligne 24 parfumée, pleine de feuilles et de fleurs. La neige de l'hiver avait fui.

23 - page 6 ligne 27 blanche et la liane ployait sous les fleurs. Un olivier disparaissait sous les

24 - page 6 ligne 28 sous les guirlandes qu'une glycine lui faisait. L'air suave apportait

25 - page 6 ligne 29 qu'une glycine lui faisait. L'air suave apportait le parfum qui s'élevait d

26 - page 6 ligne 29 faisait. L'air suave apportait le parfum qui s'élevait des fleurs d'oranger

27 - page 6 ligne 30 le parfum qui s'élevait des fleurs d'orangers et même des mandariniers

28 - page 7 ligne 28 jaune clair mystérieusement mêlé de rose, et la petite fille immobile

29 - page 8 ligne 19 notre chambre; Les plus rares fleurs Mêlant leurs odeurs Aux vagues

30 - page 8 ligne 20 Les plus rares fleurs /Mêlant leurs odeurs /Aux vagues senteurs de l'ambre,

31 - page 9 ligne 1 . Parfum exotique

32 - page 9 ligne 2 soir chaud d'automne je respire l'odeur de ton sein chaleureux, je vois se

33 - page 9 ligne 9 la franchise étonne. Guidé par ton odeur vers de charmants climats, je vois

34 - page 9 ligne 12 la vague marine, pendant que le parfum des verts tamariniers, qui circule

35 - page 10 ligne 1 respirer longtemps, longtemps, l'odeur de tes cheveux, y plonger tout mon

36 - page 10 ligne 6 Mon âme voyage sur le parfum comme l'âme des autres hommes sur

37 - page 10 ligne 11 plus profond, où l'atmosphère est parfumée par les fruits, par les feuilles

38 - page 10 ligne 21 du port, entre les pots de fleurs et les gargoulettes rafraîchissant

39 - page 10 ligne 22 de ta chevelure, je respire l'odeur du tabac mêlé à l'opium et au sucre

40 - page 10 ligne 25 de ta chevelure, je m'enivre des odeurs combinées du goudron, du musc

 

Travaux complémentaires

1. Parcours du Cédérom Les Carnets de Delacroix Les élèves n'ont pas saisi véritablement l'intérêt de ce produit. Ils éprouvaient des difficultés pour voir le rapport entre les textes et les dessins. L'utilisation de cd CD-ROm demande donc une véritable "préparation".

2 Lecture d’un texte de Fromentin : Le Sahara

Vous devez rédiger un court compte-rendu en deux pages maximum :

Dégagez précisément les éléments spécifiques du paysage décrit par Fromentin. Quels sont les éléments qui rappellent précisément ses oeuvres picturales ?

Texte d'étude sur le Sahara : Fromentin, Voyage en Egypte

Une heure. Toujours la longue fine et blonde chaîne des collines arabiques à gauche. A droite, la ligne verte se dégage et les trois dernières pyramides de Dachour sont en vue, à petite distance, pleinement éclairées. Pas un nuage. Le ciel bleu tendre. Les eaux comme un champ labouré de glèbe fauve et roussâtre. Entre ces deux contrastes, soit la chaîne arabique marquant en jaune clair, soit la ligne verdâtre de dattiers. Là-dessus tout objet clair éclate en lumière, tout objet sombre et de premier plan prend un relief de couleur extraordinaire...


Deux heures et demie. Rives plates. Une première zone de douras vert frais. Collines au delà jaune clair. Arête extrême de rochers gris-violâtre à peine modelée. Buffles et boeufs au bord du flot. De place en place à fleur d’eau, petits villages limoneux, quatre ou cinq palmiers. Voilà pour la gauche. Le ciel est incomparablement pur et moelleux, et tendre. Le Nil plus bourbeux que jamais. Chocolat clair. La dahabieh et le chaland, qui nous suivent, labourent cette boue grasse et écumeuse. Je n’ai jamais vu d’eau plus riche en fertilité, plus épaisse...

La chaîne libyque, plus plate encore etplus éloignée, éclairée à revers, gris lavande.

Ligne intermédiaire et très basse ; de petitsvillages à jardins de dattiers. Couleur sombre et neutre, se dégradant du verdâtre au gris.Jamais je n’ai mieux observé la loi des couleurs complémentaires. Partout où la végétation des roseaux tourne au jaune, les eaux voisines tournent au bleu. Il est quatre heures, le soleil baisse ; l’orangé va entrer dans la composition des couleurs ; les objets en contact deviennent violets. Se souvenir du soleil couchant admirable d’hier, au-dessus du village à moitié inondé de Boulaq. Roseaux à panaches argentés. Pas d’oiseaux. J’aurai dans l’esprit des lambeaux singuliers ; beaucoup de leurs apparences, leur couleur, leur lumière, rien ou presque rien de leur forme, réalités inconsistantes, phénomènes sans corps ; des rêves bien habillés. Dromadaires gris clair dans des masses de roseaux argentés ; au delà le village en pleine lagune.

Une île bordée de mimosas. Les fellahs, montés sur les terrasses, nous regardent passer. Une barque nous croise, vent arrière, emportée par le courant. Sa grande aile blanche. Matelots tous en chemise brune de poil de chèvre, en turban blanc. Dans sa largeur totale le Nil a plus d’une lieue ; une mer. De plus en plus brun, surtout dans son contact immédiat avec le ciel. L’écart entre les deux est extrême. Un morceau de cette eau aperçue du bateau est invraisemblable. L’ " oser " ! Beau village au bord du flot : Tolga, plus sourd, plus sombre. Mince trait de verdure au pied. Derrière, la ligne arabique à mi-hauteur des dattiers. Splendeur de la lumière.


Quatre heures et demie. L’heure est admirable. Le soleil se couche. Au sud-ouest, pyramide tronquée de Meydoum, pas étudiée. Plus mer que jamais, immenses lagunes semées d’îlots verts. Rares palmiers à l’extrême horizon. Longues volées d’oies sauvages. Le Nil tout gris. De l’étain fondu qu’on agiterait. Chaîne arabique violet pâle. La dahabieh se remorque toute pâle et grise. Le soleil disparaît derrière un village. Délicieuse silhouette obscure. Vol d’oies sur la pourpre du soleil couchant ;rouge et or sans excès, comme au Sahara. Lever de la lune à sept heures et quart, en pleine nuit close, précédée par l’apparition brillante de toutes les étoiles. Extraordinaire éclat de vénus. Large reflet de sa lumière dans le Nil.

Huit heures et demie. Nuit très peu humide. Presque tout le monde sur la dunette. Nous côtoyons un îlot de palmiers. Sur la rive opposée, dans la lointaine obscurité, parmi des palmiers qu’on devine quatre ou cinq feux à fleur d’eau qu’on dit être les fanaux de vapeurs.

 

.