Liaison 3ème-  2nde : comment aider les élèves à aborder le Français au lycée ?

 

Voici le résultat d'une réflexion menée de janvier 2000 à mai 2001, à l'initiative de Monsieur Procureur, proviseur adjoint de l'établissement Guy de Maupassant de Fécamp. Huit professeurs (trois du lycée Maupassant et cinq des collèges de Fécamp, Criquetot et Valmont) ont pris part à cette réflexion.

 

Pour aider les élèves à entrer dans la spécificité du français au lycée, nous avons décidé, à partir d’un questionnaire proposé au brevet, d’élaborer un questionnaire type lycée (voir annexes 1 et 2). Chacun a ensuite exploité ce document de la manière qui lui semblait la plus adaptée :

- En collège, il n'était pas envisageable de soumettre les élèves au questionnaire lycée, aussi l'approche a-t-elle essentiellement consisté en un travail de comparaison entre les deux questionnaires.

- En lycée, les trois professeurs participant à l’opération ont divisé leur classe en deux groupes de niveau équivalent et les ont soumis à l'un ou l'autre questionnaire. Les élèves, informés de la dimension expérimentale du travail proposé, se sont sérieusement prêtés au jeu.

L'observation de la manière de travailler des élèves au cours de ces épreuves a été très riche d'enseignements : peu de soulignements, d'annotations sur le texte et quasiment pas d'emploi du brouillon -ce qui peut être éventuellement envisageable au collège mais qui ne saurait être satisfaisant pour construire des réponses de type lycée, nécessairement plus élaborées et complexes. Par ailleurs, les élèves ont souvent manqué de temps pour le questionnaire collège, tandis que le questionnaire lycée a été traité beaucoup plus rapidement, les élèves répondant en quelques phrases aux questions posées, sans faire un travail de recherche suffisant.

Les résultats dans les trois classes testées n'ont pas été uniformes mais dans deux classes sur trois, les moyennes obtenues au questionnaire lycée se sont avérées très significativement inférieures à celles obtenues au questionnaire collège (près de deux points de moins).

Le travail de comparaison et de correction de ces résultats a vivement intéressé les élèves et leur a permis de comprendre que si, fondamentalement, on leur demande de donner les mêmes éléments de réponse, on les guide beaucoup moins pour y parvenir. Il leur est donc absolument nécessaire de revoir et d'adapter leurs méthodes de travail.

Voici, à la lumière de cette expérimentation, un dispositif de transition entre le collège et le lycée qu'il serait facile de mettre en place.

En fin d'année de Troisième, un travail de comparaison entre les deux questionnaires collège et lycée pourra être mené, par exemple en demandant aux élèves de retrouver à quelles questions du devoir collège correspondent les questions lycée préalablement mélangées. On réfléchira ensuite oralement avec les élèves sur les nouvelles méthodes qu'ils vont devoir utiliser. Il ne semble cependant pas pertinent de leur donner déjà de fiche méthode formelle (telle celle proposée plus bas) : on réservera ce document pour l'entrée en Seconde, afin que celui-ci prenne tout son sens à l'issue d'une véritable expérimentation des deux questionnaires et des prises de conscience ainsi engendrées.

Par contre, on distribuera une "boîte à outils" qui pourra contribuer à rassurer l'élève, en lui permettant de faire le point sur les connaissances qu'il a d'ores et déjà à sa disposition (voir annexe 4) .Ce document ne se veut évidemment pas exhaustif mais il ouvre des pistes de questionnement très générales pour aider l'élève à être plus autonome face à un texte -ce qu'on lui demandera en lycée.

A l'entrée en Seconde, il serait intéressant de mener la véritable expérimentation en reprenant le double questionnaire proposé (ou bien, s'il était susceptible d'avoir été exploité en collège, en en bâtissant un sur le même modèle à partir d'un devoir de lycée). La classe sera divisée en deux et chaque groupe sera soumis à l'un des deux questionnaires, par exemple au cours de modules. Pour permettre une comparaison des résultats, on notera ce travail - sans, bien entendu, inclure le résultat obtenu dans la moyenne de l'élève. Il restera à tirer avec les élèves les conclusions qui s'imposent et à leur donner -ou à leur faire construire- une fiche méthode "Réussir en Français au lycée" (assortie de la "boîte à outils") qui mette en évidence les différences entre les questionnements de collège et de lycée et propose des stratégies adaptées (voir annexe 3).

 

retour